Wii U Sing Party


  • Imprimer
  • Envoyer à un ami
Test de Sing Party

Test du Vendredi 25 janvier 2013 par el lobo

Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps avant de voir la Wii U colonisée par les jeux musicaux. Cette fois c’est FreeStyle Games qui s’y colle avec un Sing Party venu mettre l’ambiance dans les soirées pyjama. Profitant d’un créneau encore laissé vacant, le titre entend bien profiter de sa longueur d’avance pour s’imposer comme un incontournable du genre du karaoké. Mais parfois, on se dit qu’il vaut sans doute mieux chanter seul, que mal accompagné.

Party un jour sans retour

Le but clairement avoué de Sing Party est de proposer un maximum de fun sans se prendre la tête. Du coup, l’intégralité du contenu est accessible dès le début et on ne perd pas de temps à débloquer les chansons à travers un éventuel mode histoire de toute façon superflu et frustrant. Cette volonté d’aller droit au but se retrouve dans le maigre choix d’options puisqu’il faudra simplement composer avec les modes Fête, Chant et Équipe, même si avant de s’attaquer à l’un d’entre eux un petit tour par le mode Entraînement est aussi envisageable. Mais dans les faits, on peut très bien se diriger directement vers le mode Fête puisque sa grande permissivité permet de se familiariser en douceur avec le concept.

Ici on joue pour rien, le score ne compte pas et l’idée est tout simplement de s’éclater à plusieurs sur l’une des 50 musiques du jeu sans la moindre entrave. Micro en main (fournis en bundle avec le jeu), le chanteur se concentre sur l’écran du GamePad pour y lire les paroles et les instructions données par la machine tandis que son public se réfère à ce qui est indiqué à l’écran. C’est la console qui s’improvise maîtresse de soirée en demandant à l’un ou à l’autre de battre le rythme, de chanter plus fort ou bien tout simplement d’applaudir. C’est la convivialité qui prime et rien d’autre. Il s’agit typiquement de l’option que l’on choisira pour tenter de mettre rapidement de l’ambiance dans son salon sans passer 3 heures à expliquer les règles du karaoké à des néophytes.

Pour une expérience plus conventionnelle, on se dirigera plutôt vers le mode Chant qui, de par sa construction, se rapproche plus de ce que l’on a habitude de voir dans d’autres productions. Là on ne chante pas pour des clopinettes puisque la prestation est notée de manière plus traditionnelle selon 3 critères basés sur la justesse de ton, la puissance de la voix et enfin le talent. Cette dernière référence englobe en fait la capacité du chanteur à improviser lorsque la console le lui permet. La récompense est purement anecdotique puisque on ne gagne rien dans Sing Party, hormis de bêtes récompenses semblables à des succès/trophées et un high-score que l’on peut partager avec les autres joueurs, histoire de savoir qui possède le plus bel organe.

Il convient néanmoins de noter l’utilisation assez pertinente qui est faite du GamePad. Si l’accessoire est utilisé par le chanteur en mode Fête, il ne sert absolument à rien en mode Chant, et du coup pendant la performance il est possible pour quelqu’un d’autre de s’en servir pour rajouter des titres à la playlist en cours ou bien de s’improviser apprenti DJ. Il peut alors trafiquer le morceau en temps réel en isolant la musique ou la voix de l’interprète original, en ajoutant de la réverbération et d’autres fantaisies de ce genre.

Bazinga !

Convivialité oblige, chacun de ces modes peut se jouer seul ou à plusieurs, la seconde option étant de très loin la plus conseillée puisque Sing Party y est absolument imbuvable en solo. On peut alors choisir de brancher un autre micro et quelques Wiimotes pour chanter à deux et se ridiculiser avec la personne de son choix. Les options ne manquent pas et les deux chanteurs peuvent se répartir les rôles comme bon leur semble, en chantant d’une même voix, en duo, ou en laissant un des deux fredonner l’accompagnement. Toujours est-il que c’est la prestation combinée des 2 interprètes qui est notée dans le mode Chant. Bref, les options sont assez conséquentes et chacun trouvera assez facilement le rôle qui lui est dû.

Règlements de comptes à karaoké chorale

Et c’est finalement la même chose dans le mode Équipe où cette fois 2 groupes peuvent s’affronter à travers un nombre de manches paramétrable. Une tierce personne peut même faire office d’arbitre et distribuer des points bonus à l’interprétation qui aura sa préférence. Ceci dit, en cas de doute sur l’impartialité du juge (qui a toutes les chances d’être le/la coincé(e) de la soirée refusant de chanter), l’option reste désactivable à tout moment. Pour le reste on a affaire à du très classique : chaque équipe peut choisir de chanter en chœur, à tour de rôle ou bien désigner un champion qui représente l’équipe.

On sait que l’intérêt majeur des titres musicaux réside essentiellement dans leur bande-son. Avec seulement une cinquantaine de titres au compteur, Sing Party ne boxe pas dans la catégorie poids lourds, même si on a vu pire dans le genre. D’une manière générale, la playlist est cohérente, hétéroclite et garnie de titres très grand public. On y trouve aussi bien du Jackson Five et du Justin Bieber que du Frank Sinatra, du Carly Rae Jepsen ou du James Brown.

Aussi, à moins d’avoir passé les dernières décennies dans un sous-marin de la Seconde Guerre Mondiale, aucun risque de se retrouver nez à nez avec une chanson inconnue. Mais du coup la playlist est beaucoup trop convenue et risque de ne pas plaire à beaucoup de monde, d’autant plus qu’elle est composée exclusivement de titres anglo-saxons. Aucune chance non plus de découvrir de nouveaux artistes comme c’était souvent le cas dans les titres d’Harmonix ou Neversoft par exemple. Bien sûr il reste la possibilité d’acheter des titres supplémentaires sur l’eShop, mais il n’est pas dit que cette option fasse le bonheur de tous.

On ne va pas s’attarder non plus la réalisation simpliste du titre, l’intérêt n’est pas là et FreeStyle Games n’a pas non plus jugé bon de s’adjuger les droits des clips officiels de chaque titre. Le résultat est tristounet et on préfèrera largement se focaliser sur les paroles qui défilent à l’écran. On se consolera avec la reconnaissance vocale satisfaisante, pour peu que l’on pousse suffisamment le volume au moment du paramétrage du micro. On va dire que c’est quand même le minimum syndical pour un titre du genre, mais c’est toujours bon à souligner. Dommage aussi que le titre ne possède pas d’options en ligne. Pousser la chansonnette avec des compatriotes d’outre-Rhin aurait pu renforcer les relations franco-allemande, à n’en point douter. Mais ça sera peut-être pour une prochaine fois, qui sait ?

5

Malgré quelques bonnes idées dans l’utilisation combinée du GamePad et du téléviseur, Sing Party n’est sans doute pas un jeu qui fera date sur Wii U. Le titre de Freestyle Games qui pêche par son minimalisme ne parvient pas à proposer des arguments suffisamment convaincants pour justifier que l’on s’y penche sérieusement. Avec sa playlist efficace mais totalement dénuée de surprise, Sing Party demande aussi pas mal de moyens humains pour révéler tout son potentiel. En attendant, les amateurs de karaoké n’auront qu’à profiter des joies de la rétrocompatibilité pour assouvir leur passion de manière beaucoup plus satisfaisante.

Les plus

+Pas prise de tête.
+Une bande-son cohérente.
+Utilisation pertinente du Gamepad.

Les moins

-Aucun challenge.
-Le fun opère seulement en étant nombreux.
-Réalisation minimaliste.
-Playlist trop convenue…
-…et anglo-saxonne.
-Très classique.

Détails

3+
Nom
Sing Party
Support
Wii U
Genre
Musique
Editeur
Nintendo
Développeur
FreeStyleGames
Sortie
18 janvier 2013
Recommandation PEGI
Joueurs de 3 ans et plus

La PS3 est sortie le 17 novembre 2006 aux USA.