PC Monaco : What's yours is mine


  • Imprimer
  • Envoyer à un ami
Test de Monaco : What's yours is mine

Test du Mercredi 24 avril 2013 par FrereT0c

Sur Gamers.fr, on aime la boisson, surtout celles qui sont viriles. A la base, on cherchait si quelqu'un livrait à domicile le précieux breuvage. Au final, on est juste tombés sur le nouveau jeu de Pocketwatch Games. 2010, année bénie pour le studio car Monaco a raflé de nombreux prix lors de l'IGF. 2010, ça remonte hein ? Il aura fallu attendre 3 ans pour enfin mettre nos paluches poilues sur le jeu. Mais l'attente a parfois du bon.

L'arlésienne, ça se boit ?

En voilà un jeu au nom bien étrange. Il est en effet peu commun de se retrouver avec un soft (même indépendant) qui se déroule à deux pas de la France. C'est bel et bien sur le sol monégasque que se déroule l'action et on y incarne quatre roublards qui vont très vite s'évader de prison. Ce niveau fait d'ailleurs office de tutoriel, et autant dire qu'il donne d'entrée de jeu le ton. On y croise un garde en train de rédiger un mail interminable à destination de sa mère, le tout ponctué d'anecdotes très drôles, et surtout on comprend ce que sera le gameplay de Monaco : de l'infiltration.

Eh oui ! En vue de dessus, il faudra se faufiler dans des niveaux bourrés de systèmes de sécurité, de gardes voire de chiens et de civils. Soyez assurés qu'il vous sera impossible de traverser certains niveaux sans vous faire repérer. Mais les développeurs le disent eux-mêmes : préparez-vous à vous faire chasser.

Concrètement comment ça se passe ? A chaque début de niveau, on choisit son personnage. On a par exemple le Lookout qui permet de repérer les ennemis tant qu'il est immobile ou qu'il se déplace lentement, ou le Cleaner qui peut faire sucrer les fraises à un adversaire tant qu'il ne l'a pas repéré. Au final, on se retrouve avec 8 personnages, tous différents, et ayant une utilité plus ou moins grande en fonction du niveau. Par exemple, le Hacker sera très efficace dans des missions où les systèmes de sécurité sont nombreux. Truc sympa, on commence avec 4 personnages, on débloquera les 4 autres en avançant dans le jeu.

Après avoir choisi son petit héros, on assiste à une sorte de briefing qui est en fait une conversation entre tous les personnages. Là aussi l'humour est au rendez-vous avec des protagonistes un peu dingos, ou carrément clichés, pour notre plus grand plaisir. Ensuite, nous sommes lancés dans notre mission.

HEAT me baby one more time

On se retrouve aux commandes de notre personnage dans un jeu assez mignon, en vue de dessus et en presque-pixel-art-mais-pas-vraiment-non-plus-car-c'est-lisse avec des couleurs flashy. Une grande partie du niveau est noire et grisée. C'est là qu'intervient une des features principales de Monaco : le champ de vision. Ne vous imaginez pas voir directement toute la carte, il vous faudra visiter un peu pour savoir comment elle est fichue. Mais là aussi, une autre difficulté sera présente : votre personnage ne voit pas à travers les murs, colonnes, tas de caisses (rayez la mention inutile). Ce champ de vision en temps réel donne lieu à de jolis effets "d'ombres", mais aussi à un questionnement permanent du genre "Est-ce qu'une saloperie de garde m'attend pas au détour de ce couloir ?". Néanmoins, il sera possible de s'arrêter et d'écouter afin de capter le pas lourd de ces derniers, matérialisé à l'écran. A vous donc d'être vigilant... Ou pas, et voilà que vous êtes repéré.

Impossible de ne pas éclater de rire à ce moment précis pour la bonne et simple raison que les gardes parlent en français et lâchent des phrases absolument délicieuses du genre "Reviens ici brigand !" avec un grand air théâtral. Magique. Ce n'est d'ailleurs pas le seul élément sonore délectable de Monaco : What's yours is mine, car une musique très "film muet" accompagnera une chasse à travers un niveau, ou une infiltration particulièrement retorse. Attendez-vous donc à bouffer du piano. A côté de ça, les bruitages des niveaux sont particulièrement réussis et rendent le tout très vivant. Les téléphones sonnent, les civils parlent, les décors sont bruyants. Un vrai régal pour les oreilles. A vous les joies de fuir les gardes sur une bande-son superbe. Enorme écueil qui va retirer énormément de points à Monaco, "Comme un ouragan" ne figure pas sur la tracklist... Regrettable.

Le Pickpocket, la Redhead et le Gentleman

Les objectifs des niveaux sont assez variés et complètement en adéquation avec le scénario (qui est au passage très sympathique et surprenant). Comprenez par là que l'enchaînement est parfaitement logique et que les missions sont donc liées entre elles. Jamais vous ne vous direz "Qu'est ce que je fous là au juste ?". Cet enchaînement fait que l'on ne s'ennuie pas une seconde, et on suit les aventures de nos héros avec intérêt. On passera par exemple du vol d'une banque pour payer un passeur, à un vol de preuves sur la scène d'un ancien vol etc... On retiendra aussi que chaque personnage a son scénario, lié bien entendu à la trame principale. Ouais, c'est obscur, mais en fait on vous évite tout spoil. Le plaisir vient de la découverte après tout.

Concernant les différents vols (ou autre hin hin), vous aurez plusieurs façon de procéder. Il y a l'expert, qui va jouer tout seul et essayer de passer tout ça en mode Splinter Cell, sans se faire repérer. C'est possible, c'est parfaitement jouable, et on y prendra du plaisir.

Il y a surtout la bande de bras cassés. Branchez d'autres manettes à votre PC, choisissez 3 de vos potes en ligne ou en local et en avant la musique. L'avantage est qu'on profite des compétences de plusieurs personnages. Mais on profite aussi des compétences en n'importe quoi des potes en question. Un niveau peut donc parfaitement se dérouler, avec un leader qui mène parfaitement l'opération. Mais ça peut aussi être le gros bordel qui se terminera par un "PUTAIN !!!" collectif, mais toujours le sourire aux lèvres car malgré la relative difficulté de Monaco, il reste étonnamment fun en coop.

Ce mode coop est clairement un des points forts du soft de Pocketwatch Games. Même si parfois on arrive à un bordel sans nom, c'est fun et drôle à s'en rouler par terre (oui, je me roule par terre quand je rigole, pas vous ?). Mais attention, comme mentionné auparavant, le challenge sera parfois assez relevé, avec des niveaux très ouverts (donc peu de cachettes) mais très peuplés.

Toutefois, pour vous aider dans votre tâche, vous pourrez utiliser différents gadgets très utiles comme une arbalète pour endormir les gardes, une grenade EMP pour mettre temporairement HS les équipements électroniques ou un fusil à pompe pour faire le ménage. Car il est vrai qu'en plus de l'objectif principal, les niveaux sont parsemés de pièces à récupérer pour faire monter le taux d'avancement. Certaines pièces sont directement posées sur le sol, d'autres sont contenues dans des caisses enregistreuses ou des coffres qu'il faudra crocheter. Ah bah oui, j'oubliais. Les actions à accomplir (crocheter une porte, pirater un PC etc...) prennent un peu de temps, et il faudra bien caler ses agissements pour ne pas se faire repérer dans une mauvaise posture (non, pas celle que vous pensez bande de gros dégueulasses).

8

Monaco est un must-have pour les férus d'infiltration. Certes visuellement, le soft est un peu étrange et ne plaira pas à tout le monde, mais il serait idiot de s'arrêter à cet aspect. Les aventures de ces personnages sur les terres du Prince Albert sont passionantes, addictives et extrêmement fun en coop. Inutile de dire que si vous avez des potes sous la main, vous aurez là 13,99€ bien investis. Les jeux nécessitant une vraie coopération pour réaliser un parcours sans faute ne sont pas légions, et Monaco : What's yours is mine fait partie de ces jeux là. Malgré une difficulté pas toujours très bien équilibrée, il s'agit là d'un excellent soft qui vous tiendra en haleine le long de ses 33 niveaux.

Les plus

- Une bande-son superbe
- La partie sonore qui fait mouche
- Visuellement original
- Un scénario captivant
- Drôle !
- Des niveaux variés
- Une bonne durée de vie
- La coop

Les moins

- Visuellement original, mais ne plaira pas à tout le monde
- Une difficulté mal dosée
- Où est Stéphanie de Monaco ?!

Détails

-
Nom
Monaco : What's yours is mine
Support
PC
Genre
Action
Editeur
Majesco Sales
Développeur
Pocketwatch Games
Sortie
24 avril 2013
Recommandation PEGI
Joueurs de ans et plus

Pac-Man a été le premier "héros" d'un jeu vidéo. Avant lui, seules des formes géométriques avaient été mises en situation afin de créer des jeux.